Managed SD Wan, Pour quoi faire et surtout ne pas faire !

Ça y est, tous les analystes le disent, 2019 marque un tournant dans l’infrastructure d’entreprise avec un décollage du SD-Wan dans un contexte de cloud omniprésent et de multiplication des applications.

Le SD-Wan et en particulier sa perception par les entreprises et les collectivités conserve son statut de « solution pour réduire les coûts » même si il est de plus en plus évident que cela ne se limite pas à la réduction des équipements dans les sites distants. En effet, la multiplicité des acteurs en présence (opérateur télécom, fournisseur d’applications, fournisseurs de clouds, …) créée également une complexité de gestion qui permet au spécialistes de services managés de redevenir l’interlocuteur privilégié des entreprises.

Pourquoi & pour quoi ?

En tête de liste des pourquoi et bien souvent avec la volonté de reprendre la main sur son infrastructure, le Managed SD-Wan est une solution de gouvernance de son réseau global qui apporte visibilité et finesse de pilotage. Dans un monde IT qui voit la consommation d’applications diverses et pourtant stratégiques pour chaque métier dans l’entreprise, cette gouvernance accrue permet justement d’anticiper plus facilement les besoins des utilisateurs en fonction des services, des temporalités commerciales ou des périodes critiques comme les soldes ou les comptes annuels.

Cette visibilité nouvelle, plus fine, qui favorise une augmentation notable de la qualité de service est également une raison notable de faire appel à un partenaire qui saura s’engager en proposant des SLA (Service Level Agreement) acceptables pour l’entreprise. Ainsi, on peut considérer que le temps de réaction maximal à un incident impactant l’activité se compte en heures et non plus en jours comme il était courant de voir il y a encore peu. Une véritable révolution pour les gestionnaires réseau.

Au troisième rang des pourquoi & pour quoi du Managed SD-Wan figure également la réattribution des activités de la DSI qui ne doit plus être un centre de support harcelé par des utilisateurs, rôle laissé au partenaire, pour devenir un centre de solution au service des métiers. La visibilité plus fine amenée par le SD-Wan permettant au partenaire de réduire les incidents ou de les traiter avant même que les utilisateurs sur le terrain s’en aperçoive. La DSI gagne du temps et profite d’une véritable proactivité qu’un partenaire bien organisé saura mettre en place pour rentabiliser le contrat de service.

Si les grandes et moyennes entreprises avec des dizaines ou des centaines de sites ont déjà pris ce virage dans les faits ou dans les projets, ces trois points sont encore plus sensibles dans les collectivités qui doivent gérer leur infrastructure à budget ISO tout en donnant plus de débits et de services à leurs utilisateurs.

Mais alors pourquoi & pour quoi ne pas sauter le pas ?

Bonne question et je vous remercie de me l’avoir posée…

Car oui gérer soit même une infrastructure virtuelle, à moins de dispose d’un service informatique pléthorique en nombre et en spécialités, est un challenge véritable. Si les discours de simplification des éditeurs est rassurant, il occulte des difficultés tenant autant aux spécialités (LAN, WAN, Télécoms, Téléphonie) qu’à la multiplicité des forces en présences (opérateurs, architectes, informatique des filiales et sites distants, responsables métiers…).

Donc on peut facilement imaginer que ces entreprises qui vont gérer leur infrastructure virtuelle souhaitent avoir la joie de créer une grosse DSI multidisciplinaire et disposant d’un intervenant sur chaque site ou de personnels au top des avantage de leur carte de fidélité air France. Elles pourront ainsi goûter à la multiplication des réunions de coordination et aux multiples appels aux opérateurs pour chaque incident.

Ces DSI seront ainsi les meilleurs ambassadeurs du SD-Wan en services managés car elles auront pensé que cela irait tout seul à coup de boitiers et de négociations multi opérateurs.

Pour les autres, à une époque où même les multinationales ne font pas le poids face aux opérateurs internationaux, un partenaire comme e-Qual, son datacenter en propre et sa solution Mandala SD-Wan est un interlocuteur privilégié comme a pu le confirmer Département de la Vienne.